La grande crise du patrimoine et les petits scandales du loto du patrimoine

par Cyril Isnart

Photographie d’Emmanuel Macron et Stéphane Bern visitant la maison de Pierre Loti à Rochefort, publié sur le compte twitter d’Emmanuel Macron, 14 juin 2018.

 Continuités de la crise patrimoniale

La nouvelle est parue dans les médias en septembre 2017: Stéphan Bern est chargé par le président de la République Emmanuel Macron de réfléchir à des solutions innovantes pour sauvegarder le patrimoine. Stephan Bern n’est pas universitaire, ce n’est pas un professionnel du patrimoine, mais il œuvre à la télévision pour faire connaître l’histoire de France, les monuments, les événements, les figures qui ont marqué la France.

Parallèlement, et c’est sans doute significatif de sa conception de l’histoire en tant que récit du passé, on le connaît comme commentateur de la vie mondaine des familles couronnées européennes d’aujourd’hui, chroniqueur, dans Paris-Match et les autres titres de la presse people, de ces individus très particuliers, exposés au regard du public en raison de leur naissance ou de leur alliance.

Le fait que Stéphane Bern joigne dans son activité médiatique l’histoire des monuments et la chronique des monarchies contemporaines en fait un personnage que l’on pourrait classer entre les anciennes figures télévisuelles de Léo Zitrone et d’Alain Decaux, entre le commentateur des cérémonies royales et le conteur du passé national. La fonction de ce personnage hybride consiste essentiellement à transmettre certaines versions du passé, certaines valeurs esthétiques, et certains mode de gouvernementalité, par un discours et des images télévisuelles qui mobilisent des symboles patrimoniaux et des personnes publiques qui sont censées manifester l’ensemble de ces caractéristiques.

En tant qu’héritier de ces transmetteurs et de ces performeurs d’un discours autorisé du passé, Stéphan Bern pouvait donc apparaître comme la bonne personne pour mener une mission patrimoniale d’ampleur nationale, d’autant plus qu’il est une figure populaire connue de la plupart des téléspectateurs. Il jouit d’une aura populaire et médiatique incontestée, malgré son attachement à la monarchie dans une ancienne démocratie républicaine. Sa mission présidentielle était claire : trouver de nouveaux moyens financiers afin de sauver les éléments patrimoniaux en danger. Cette mission de sauvetage du patrimoine en péril n’est pas neuve en France, et son lien avec les médias est presque aussi ancien que l’invention du souci patrimonial dans le pays. Dès la fin du XVIIIe siècle, on sait que l’abandon de ce qui deviendra les “monuments historiques” est un sujet de polémique brûlant parmi les intellectuels et un sujet d’inquiétude constant des futures sociétés savantes départementales. Et c’est déjà dans les journaux, pour partie, que les débats et les invectives prennent place et s’exposent aux lecteurs (Babelon et Chastel 1994).

L’épisode des cathédrales martyres de la première guerre mondiale (Maingnon 2014), l’émission Les chefs d’œuvres en péril à partir des années 1960 sur la chaîne nationale française (Laurent 2009, voir aussi le carnet de T. Le Hégarat), l’inventaire national du patrimoine (Heinich 2009), la résistance aux destructions d’îlots historiques (Ferri 2003), la proclamation de la convention de l’UNESCO de 1972 sont en fait des avatars de l’idée de perte et de risque que le patrimoine semble toujours subir, et dont on fait l’exégèse et la propagande dans les médias.

Entretemps a été fondé en France un ministère de la culture qui normalise, intellectualise, professionnalise et bureaucratise cette gestion d’une crise patrimoniale constante, mais tout se passe comme si la prise en main étatique ne parvenait jamais à enrayer l’inexorable fin annoncée du patrimoine. La place que tient le patrimoine dans les profils des associations de citoyens (Glevarec et Saez 2001) ou le développement du tourisme culturel (Smith 2015) forment une palette contrastée de positionnements face au délitement et au passage du temps, palette que vient enrichir et médiatiser la mission de Stéphan Bern comme une nouvelle version du discours de l’endangerment (Vidal et Dias 2015) et de la perte durable, selon l’expression heureuse de Gaetano Ciarcia (2006).

Pour comprendre la mission de Stéphane Bern, on doit donc essayer de l’inscrire dans une histoire longue du danger de disparition dont le patrimoine est toujours a priori l’objet. En règle générale, pour construire un objet patrimonial, il faut à la fois qu’il soit en danger de disparition et qu’un individu, qu’une source, qu’une institution entretiennent ce sentiment de perte. C’est ce double processus qui qualifie un objet patrimonial. Le loto et la mission patrimoine de Bern s’inscrivent bien dans cette histoire longue du patrimoine et devient à ce titre passible d’une analyse critique comme les dispositifs qui les ont précédés.

Bien sûr, faire de la mission Bern un succédané d’une émission des années 1960 est un peu réducteur, même s’il s’agit essentiellement, par cette analyse, de payer notre tribu réglementaire et nécessaire aux continuités historiques que les historiens de patrimoine nous ont appris à déceler et que la contemporanéité du phénomène nous empêche parfois de prendre en considération. Si la mission Bern est une des formes possibles que prend l’institution de la culture, on doit également en sonder les conditions de possibilité et d’existence dans le contexte actuel, autrement dit mettre au jour les raisons de son surgissement précisément aujourd’hui.

La principale mesure de la mission Bern a consisté à lancer un appel à la population française dans son ensemble pour dresser un inventaire du patrimoine en danger et à mettre en place une solution de co-financement des restaurations qui a pris la forme d’un loto. Il y a plusieurs caractéristiques de l’avènement de la mission Bern qui peuvent retenir l’attention : le mode de financement évidemment, qui n’a rien d’évident et de légitime en France; le retentissement médiatique de la mission, qui dépasse de loin les milieux des associations patrimoniales locales et révèle la diffusion nationale du souci du patrimoine ; les frictions entre professionnels du patrimoine et la mission elle-même qui montre, dans une certaine mesure, que la bureaucratisation du patrimoine est mise à mal par ce que l’on pourrait qualifier d’un nouveau modèle de gestion du patrimoine ; la modalité de sélection des monuments est par ailleurs un modèle que l’on dirait participatif et qui est en soi un objet de recherche passionnant pour les sciences sociales du patrimoine car elle provoque l’administration culturelle dans son propre fonctionnement et sa propre fonction régalienne ; le succès de l’appel à candidature est d’une ampleur inédite et si nous sommes tous formés à analyser les dossiers de l’UNESCO et les dossiers de monuments historiques, il existe désormais un gisement de dossiers d’un nouveau type que l’on doit aller étudier.

Les petits scandales dans la grande crise patrimoniale

Une première piste d’analyse concerne ce que l’on pourrait appeler “les crises dans la crise”. En dressant une chronologie de la mission patrimoine, en utilisant les principaux titres de presse nationaux et régionaux, apparaissent des polémiques qui font de la grande affaire de sauvetage du patrimoine français une suite de petites affaires de dénonciations, de piques, de remise en cause, d’intimidations, de menaces. Entre les grandes dates que sont la nomination de Stéphane Berne et le premier tirage du loto, soit entre le 16 septembre 2017 et le 14 septembre 2018, on peut décompter septs petites affaires :

– début octobre 2017, la prise de position de Stephan Bern contre le ministère public, dans deux dossiers brûlants d’actualité, le musée des tissus de Lyon et le site de la Corderie à Marseille

– 10 novembre 2017 : proposition de rendre payant l’accès des cathédrales, qui fait des remous chez les Catholiques, au sein de l’administration patrimoniale et parmi les professionnels du tourisme

– 12 janvier 2018 : Stéphane Bern se plaint du mauvais accueil que lui auraient réservé des fonctionnaires du ministère de la Culture et il accuse l’administration de ne pas faire son travail et de l’empêcher de faire le sien.

– 6 février 2018 : la convention pour la mise en place du loto qui doit rassembler la Française des jeux et la fondation du patrimoine est annoncée comme ajournée, puis elle est finalement signée une semaine plus tard.

– en juin 2018, après l’annonce des sites retenus sur la liste des biens qui bénéficieront du soutien du loto, une polémique s’ouvre sur la maison de Pierre Loti à Rochefort. Des associations antiracistes accusent l’auteur d’antisémitisme et de racisme. Bern rétorque en appelant à “l’apaisement des mémoires”.

– 31 aout : menace de démission de Stéphane Bern suite à l’annonce d’un plan d’envergure pour le Grand Palais, qui se chiffre en centaines de millions d’euros, alors que le loto vise à peine à récolter 2 ou 3 millions pour les patrimoines de proximité en danger

– enfin, septembre 2018, au cœur des débats sur la loi ELAN qui risque de modifier les règles de protection des ensembles urbains, Stéphane Bern dénonce la déconstruction de son travail et la vanité de ses efforts si la loi ELAN est votée dans sa première version.

Évidemment, on peut lire ce feuilleton rocambolesque comme une adaptation des pratiques médiatiques du “buzz” au champ du patrimoine culturel, qui auraient la vertu d’impulser et de relancer l’intérêt pour le programme du loto, et en ce sens, le feuilleton qui se déroule mensuellement me semble une stratégie très habile de la part de Stéphane Bern pour défendre sa mission. Rien de mieux pour ne pas faire oublier la mission que de la remettre sur le devant de la scène médiatique. Mais il se trouve également que la position de Stéphane Bern est par nature fragile : il est nommé par le chef de l’État, il est en concurrence directe avec le ministère de la Culture, il dépend de plusieurs partenaires, son objet est lui-même fragile et peu visible. Mais Stéphane est cependant porteur d’une légitimité que le succès de l’appel à candidature a manifesté et confirmé, semble-t-il une fois pour toute, aux yeux du public. L’animateur peut donc aisément entrer dans l’arène et faire des vagues pour, paradoxalement, affermir sa propre situation et sa propre mission.

La manière dont le loto s’installe dans le champ des médias et dans les milieux du patrimoine, ainsi que la façon dont il perdurera comme l’ensemble des acteurs et des institutions en jeu incitent à décrire finement les discours, les positionnements et les négociations qui se déroulent en partie dans la presse, en partie dans les bureaux, en partie également auprès des associations et des collectivités territoriales. Une ethnographie qui prend en compte ces différents niveaux d’observation permettra sans doute de mieux saisir l’articulation entre les interventions médiatiques et les effets performatifs de la désignation d’un patrimoine caché et rendu légitime par l’intérêt que la mission patrimoine lui portera. On peut cependant déjà dessiner une esquisse de cette configuration et de ces dynamiques en utilisant la notion d’affaire éprouvée dans l’enquête collective menée par Boltanski, Claverie, Offenstadt et Van Damme (2007). Au moins pourrait-on tenter de comparer les accusations et les défenses des acteurs en jeu ici avec le modèle “affaire”.

Le loto du patrimoine engage un présentateur de la télévision, un président de la république, une entreprise de jeux d’argent, une fondation de bienfaisance patrimoniale et des centaines d’acteurs associatifs et d’élus locaux dont le réseau et les remises en cause qu’il subit. Nous ne sommes pas dans le cas simple du scandale public, où une personne est accusée et va se défendre durant un procès, il ne s’agit pas non plus strictement parlé d’une “affaire” selon la définition des auteurs, pour qui une affaire s’entend comme un débat public dans lequel les accusations s’enchaînent et les rôles d’accusateurs et d’accusés sont interchangeables. Le tribunal publique n’est qu’un des éléments du jeu. On se trouve, avec le cas de la mission Bern, dans une configuration spéciale, une affaire patrimoniale qui est révélée et entretenue par l’existence de la mission. La résolution passe par l’activation de plusieurs petites affaires et scandales, par l’acteur central lui-même, dont le but semble autant de maintenir l’intérêt pour la défense du patrimoine de proximité que de nourrir l’imaginaire d’un patrimoine français en danger. Le patrimoine, au sein de la dynamique du loto et de la mission Berne, se rapproche sans doute d’une “affaire” qui prend place dans l’espace et le débat publics, mais sa récurrence semble également dépasser le modèle de l’affaire ponctuelle et structure profondément le lien que le pays, à travers ses associations et ses collectivités territoriales, entretient, de façon conflictuelle et parfois judiciaire, avec les traces du passé.

 

Références

Babelon J.-P. et Chastel A. 1994, La notion de patrimoine, Paris, L. Lévi.

Boltanski L., Claverie É., Offenstadt N., Van Damme S. 2007 ed., Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Paris, Seuil.

Ciarcia G. 2006, La perte durable. Essai sur la notion de « patrimoine immatériel », Paris, Lahic/Ministère de la Culture et de la Communication, ), consulté le 31 janvier 2019, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00505583.

Maingon C., “L’instrumentalisation du patrimoine blessé, Paris, 1916 : l’exposition d’œuvres d’art mutilées ou provenant des régions dévastées par l’ennemi au Petit Palais”, In Situ, 23, consulté le 29 avril 2016, http://insitu.revues.org/10960; DOI : 10.4000/insitu.10960.

Le Hégarat, T. Patrimoine et télévision Les représentations du patrimoine culturel à la télévision française et la construction d’un regard (XXe-XXIe siècles), consulté le 31 janvier 2019, https://tvpatri.hypotheses.org/

Ferri L. 20013, “Les intellectuels s’intéressent-ils au patrimoine monumental et architectural ? Un siècle de pétitions en France”, Livraisons d’histoire de l’architecture, 5, consulté le 31 janvier 2019, www.persee.fr/doc/lha_1627-4970_2003_num_5_1_937; DOI : 10.3406/lha.2003.937.

Heinich, N. 2009, La fabrique du patrimoine, De la cathédrale à la petite cuillère, Paris, Editions de la maison des sciences de l’homme.

Glevarec H. et Saez G. 2002, Le patrimoine saisi par les associations, Paris, La Documentation Française.

Smith, M. K. 2015 ed., Issues in cultural tourism studies, London, Routledge.

Vidal F. et Dias N. 2015 ed., Endangerment, Biodiversity and Culture, London, Routledge.

Xavier L. 2001, “Des catalyseurs d’émotions : Chefs-d’œuvre en péril et La France défigurée“, Livraisons de l’histoire de l’architecture, 17, consulté le 31 janvier 2019, http://journals.openedition.org/lha/204 ; DOI : 10.4000/lha.204

 

Chargé de recherche au CNRS (UMR IDEMEC Aix Marseille Université CNRS), Cyril Isnart est anthropologue. Après un doctorat sur le culte des saints locaux dans les Alpes, il travaille sur les résurgences patrimoniales des pratiques musicales ou religieuses en Europe du sud et en Méditerranée, comme le passé juif ou les musiques d’origine rurale, dans un contexte contemporain marqué par l’urbanisation, l’internationalisation et la mise en tourisme. Il a co-fondé et anime le réseau Respatrimoni et a conduit le programme MERAP-MED sur les minorités religieuses et leurs pratiques patrimoniales en Méditerranée. Cyril Isnart a publié une trentaine d’articles dans des revues scientifiques, co-dirigé des ouvrages collectifs sur l’ethnologie de la jeunesse ou le patrimoine culturel dans les sociétés contemporaines, et des numéros de revues sur les patrimonialisations alternatives et contestataires, les paysages sonores ou la reconstruction des pays perdus.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.