Prendre part à la sauvegarde patrimoniale… tous concernés ?

par Ioana Iosa

 

« La connaissance partagée du patrimoine territorial[1] est un moyen de redonner aux citoyens un rôle actif et la base nécessaire d’une conscience collective pour pouvoir modifier les modèles de développement » affirmait Alberto Magnaghi, chef de file du courant territorialiste italien dans un entretien[2] accordé à Sandra Fiori.

Faisant des propos de A. Magnaghi notre postulat de départ, nous interrogerons l’apparente convergence entre éducation d’une conscience collective et activisme et discours des promoteurs du loto du patrimoine (culturel bâti), notamment celui du Président de la République – tenu le 31 mai 2018 lors de la réception « en honneur des personnalités engagées pour le patrimoine » au Palais de l’Elysée (pour les 270 porteurs de projet)[3] – ou encore celui de Stéphane Bern[4] (lors de la même réception), animateur bien connu de France 2, dont, l’ex-ministère de la culture Françoise Nyssen affirmait que « la notoriété et la passion communicative sont des atouts pour braquer les projecteurs sur cette cause nationale qu’est la préservation de notre patrimoine »[5]. Ce dernier rappelait, en effet, que le loto du patrimoine n’avait pas comme objectif unique de financer les monuments, mais devait également permettre à « tous les français de se saisir de cette belle cause nationale à travers un jeu populaire ». E. Macron, lui, considérait que le loto devrait « permettre à tous nos concitoyens, où qu’ils soient, quel que soit leur quartier, les difficultés qui sont les leurs, de se réapproprier les lieux d’une histoire ». Il serait donc question ici de la formation ou de l’éveil d’une conscience collective généralisée à toute la France, capable d’inclure la diversité ethnique et sociale. Néanmoins, nous pouvons nous interroger sur le processus de gamification[6] mis en place et ses effets.

En effet, sous le couvert de la construction d’une “identité qui réconcilie”, d’un « récit collectif afin d’arrimer la Nation », ou encore d’une mise en commun du patrimoine qui est « à tout le monde »[7], il s’agirait avant tout d’inciter les français « quel que soit leur quartier » à jouer au loto. Pourtant, plusieurs zones d’ombre peuvent être identifiées, tempérant ainsi le caractère exaltant de cette action :

  • la non représentativité de la diversité ethnique et sociale qui compose la France dans le choix des 18 sites emblématiques, et plus largement, des 270 sites en attente de financements. En effet, ces 18 sites se déclinent en châteaux, villas, ouvrages d’infrastructure et héritages industriels (ces derniers notamment issus du colonialisme), laissant ainsi peu de place au multiculturalisme. « Ce patrimoine, c’est ce qui nous rend fiers » disait E. Macron, qui ajoutait : « derrière ces pierres, il y a la vraie identité française à mes yeux ». La maladresse de cette formule ne cache-t-elle la conviction que le passé glorieux de la France devrait être prioritaire en matière de mise en valeur ?
  • l’action sur mesure au profit des « personnalités engagées pour le patrimoine », « entrepreneurs du patrimoine » dynamiques et à l’aise dans le maniement des outils numériques (organisation d’expositions, création de pages web, mobilisation des réseaux sociaux, etc.)[8], ce qui entretient les inégalités de plus en plus marquantes entre propriétaires passifs et actifs, « sachants » et profanes, disposant d’un capital culturel important ou plus isolés.
  • sa faible portée pédagogique – au delà des cinq minutes quotidiennes de l’Emission patrimoine de France 2 (diffusée à 20h35 pendant la période active du jeu à gratter) de découverte des 18 sites que contient la short-list rendue publique le 27 mai 2018 – très probablement insuffisante pour parvenir à une prise de conscience relative à l’importance de l’implication large dans la sauvegarde patrimoniale
  • et, enfin, la faible part des gains[9] qui reviendrait aux travaux de restauration (et cela malgré le reversement exceptionnel des taxes qu’aurait dû percevoir l’Etat, après le vif débat public d’octobre 2018), correspondant peu à l’envoûtement voulu généralisé des Français dans cette aventure collective.

Le rôle actif évoqué plus haut se résumerait, dans le cas de cette action, à l’achat de billets de loterie et de tickets de grattage, sans expérience personnelle des bâtiments à réhabiliter et sans participation aux débats et aux prises de décisions liées aux travaux. Aucun « espace public », dans le sens employé par Jürgen Habermas, n’est conçu dans une visée pédagogique, afin de façonner la conscience collective.

Dans la perspective de « permettre à tous les Français de participer à cette mission citoyenne de défense de notre patrimoine » (S. Bern), nous pouvons nous demander si les promoteurs du loto du patrimoine, sous l’influence des modèles étrangers, ne se sont pas trompés de vecteur de financement et de gestion soutenable du patrimoine. N’aurait-il pas été mieux d’envisager des actions moins spectaculaires mais plus durables, comme par l’exemple l’incitation de s’impliquer dans les associations de sauvegarde des bâtiments en difficulté ou encore la sensibilisation des jeunes dans les écoles de la République ?

Les éléments énumérés plus haut renforcent notre scepticisme quant à la capacité du loto du patrimoine de rendre le patrimoine une « affaire de tous ». A court terme, il permet certes un apport financier dans la rénovation de quelques sites[10]. Mais à long terme, comme mécanisme reproductible, il nous semble susceptible de banaliser une forme de financement sans aucun lien « sensible[11] » avec le territoire, sans connaissance réelle des tenants et aboutissants de la sauvegarde du patrimoine, sans esprit critique et sans espoir de fabrication d’une conscience collective afin de garantir l’implication individuelle et/ou collective dans le maintien d’un patrimoine représentatif de la diversité culturelle française.

 

Bibliographie :

Sandra Fiori & Alberto Magnaghi, « Les territoires du commun. Entretien avec Alberto Magnaghi », Métropolitiques, 10 mai 2018. URL : https://www.metropolitiques.eu/Les-territoires-du-commun.html

« Le Figaro dévoile la liste des monuments retenus pour bénéficier du loto du patrimoine », http://www.lefigaro.fr/culture/2018/05/27/03004-20180527ARTFIG00169–le-figaro-devoile-la-liste-des-monuments-retenus-pour-beneficier-du-loto-du-patrimoine.php

« François Nyssen assure Stéphane Bern de son “engagement sans faille” pour le patrimoine », https://www.bfmtv.com/politique/la-ministre-de-la-culture-assure-stephane-bern-de-son-engagement-sans-faille-pour-le-patrimoine-1515566.html

« Le Château de Meauce sait se vendre sur les réseaux sociaux », https://www.lejdc.fr/saincaize-meauce/economie/tourisme/2018/01/01/le-chateau-de-meauce-sait-se-vendre-sur-les-reseaux-sociaux_12685440.html

« Mission Bern » : pourquoi le montant reversé au patrimoine est critiqué, https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/10/24/mission-bern-pourquoi-le-montant-dedie-au-patrimoine-est-critique_5374058_4355770.html

 

 

Ioana Iosa est architecte, docteur en urbanisme et chercheure au LAA/UMR 7218 LAVUE. Ses recherches portent sur l’usage fait de la monumentalité et des emblèmes architecturaux dans la construction identitaire nationale ou locale, ainsi que sur les reconfigurations des politiques patrimoniales dans l’espace européen, leur application et leur réception. 
Elle a co-publié (avec C. Barrère, G. Busquet, A. Diaconu et M. Girard) en 2017 à L’Harmattan, coll. Habitat et sociétés, l’ouvrage Mémoires et patrimoines. Des revendications aux conflits.

 

[1] « Patrimoine territorial » désigne ici « un ensemble de ressources vues sur le long terme et par ceux qui en sont dépositaires : ressources du milieu ambiant, du milieu socio-culturel, de la ville, des infrastructures, des cultures agroforestières » (Fiori et Magnaghi, 2018). Dans cette perspective, le patrimoine culturel bâti représenterait une catégorie de patrimoine territorial.

[2] Sandra Fiori & Alberto Magnaghi, « Les territoires du commun. Entretien avec Alberto Magnaghi », Métropolitiques, 10 mai 2018. URL : https://www.metropolitiques.eu/Les-territoires-du-commun.html

[3] « Le Figaro dévoile la liste des monuments retenus pour bénéficier du loto du patrimoine », http://www.lefigaro.fr/culture/2018/05/27/03004-20180527ARTFIG00169–le-figaro-devoile-la-liste-des-monuments-retenus-pour-beneficier-du-loto-du-patrimoine.php

[4] Dans cet objectif de médiatisation de l’action, celui-ci a été chargé en septembre 2017 par Emmanuel Macron d’une mission d’identification et de sauvegarde du patrimoine « en péril », notamment en zone rurale.

[5] Affirmation tenue sur Europe 1« Françoise Nyssen assure Stéphane Bern de son “engagement sans faille” pour le patrimoine », https://www.bfmtv.com/politique/la-ministre-de-la-culture-assure-stephane-bern-de-son-engagement-sans-faille-pour-le-patrimoine-1515566.html

[6] Traduite en français par « ludification », il s’agit d’une transposition des mécaniques du jeu (s’appuyant sur l’observation au préalable des comportements des joueurs) dans un domaine non-ludique (souvent dans le milieu de l’entreprise), afin d’augmenter la motivation et le rendement des agents.

[7] Ces trois expressions ont été employées par E. Macron dans son discours du 31 mai 2018.

[8] Le Château de Meauce sait se vendre sur les réseaux sociaux, https://www.lejdc.fr/saincaize-meauce/economie/tourisme/2018/01/01/le-chateau-de-meauce-sait-se-vendre-sur-les-reseaux-sociaux_12685440.html

[9] https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/10/24/mission-bern-pourquoi-le-montant-dedie-au-patrimoine-est-critique_5374058_4355770.html

[10] Sur ce point, une recherche spécifique à la redistribution effectuée par la Fondation du patrimoine de l’argent gagné à cette occasion reste à faire.

[11] E. Macron décrivait le patrimoine comme « l’expérience sensible de notre identité commune ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.