National ou local. La dialectique tronquée du loto du patrimoine

par Cyril Isnart

Emmanuel-Macron-va-confier-une-mission-sur-le-patrimoine-a-Stephane-Bern

Stéphane Bern était l’invité de l’émission Et en même temps animée par Apolline de Malherbe, sur bfmtv le 3 juin 2018. Après l’exposé d’un portrait en trois mots-clés du personnage « que vous vous êtes aussi construit, Stéphane Bern » : monarchie, histoire, patrimoine, l’interview déroule sur un ton provocateur les critiques que la mise en place de la loterie pour la sauvegarde du patrimoine en péril a suscitées dans les médias. Il permet au responsable de la “mission patrimoine” de développer un argumentaire classique, teinté d’exaltation patriotique. En regard des publications dans la presse régionale, on ne peut que remarquer le fossé qui sépare le discours national de Stéphane Bern et la réception locale de l’initiative lors de la publication des sites choisis au printemps 2018 (18 jugés prioritaires et 270 sélectionnés).

Un devoir national incarné

La première interrogation tourne autour de la définition des limites du patrimoine qui doit être prise en compte. En prenant l’exemple de sa propre quête patrimoniale dans la région du Perche, Stéphane Bern met en parallèle le délabrement des monuments des villages et la perception de l’abandon des populations rurales par les pouvoirs centraux (1-6’20). Le patrimoine de proximité serait ainsi la métaphore du peu de soin et d’attention que l’État porterait à ces citoyens et communautés locales relégués aux marges du territoire. Les régions éloignées de Paris seraient , selon Stéphane Bern, ainsi attirées par le vote d’extrême-droite, attirance que l’on pourrait combattre en rénovant leurs monuments afin de montrer que le pays, la nation et l’État sont bien aux côtés des ruraux. À l’exposé de l’interprétation de la loterie comme un impôt du patrimoine et comme une aide aux riches privés possédants, manière sournoise de déshabiller le pauvre Paul pour mieux vêtir le châtelain Jacques (1-7’00), Stéphane Bern répond que 72% des sommes mises en jeu seront redistribuées en gain pour les joueurs (1-8’40). Et à la question de savoir pourquoi il paraît si habité par cette mission présidentielle, il répond qu’il s’agit « honnêtement de la cause de [sa] vie » (1-9’00) : « [En sauvant] un monument comme je l’ai fait dans le Perche et aller ensuite voler au secours de tous les autres monuments, vous avez le sentiment que vous vous inscrivez dans quelque chose d’utile pour votre pays » (1-9’23). Il ré-enchérit en disant qu’il est impossible de refuser une mission proposée par un président de la République qui vous demande de « servir votre pays » (1-9’45).

La place des altérités dans le patrimoine national

Dans la seconde partie de l’émission, en rappelant les origines familiales modestes, l’orientation sexuelle et l’ascendance juive de Stéphane Bern, la présentatrice évoque la place de la diversité au sein de la nation et de son patrimoine. Elle présente à ce propos la polémique lancée par un collectif d’associations anti-racistes autour de la maison de Pierre Loti, auteur qui aurait publié des propos contre les Juifs et les Arméniens. Aux yeux du collectif, un tel monument ne pourrait bénéficier d’une aide publique, au nom de la défense des altérités au sein de la République (2-0’20). La présentatrice questionne ainsi le lien entre diversité patrimoniale et diversité culturelle et le rôle que le patrimoine peut tenir dans la construction du sentiment d’appartenance à la nation. Stéphane Bern déplace le propos de sa propre personne vers un discours patrimonial classique, en citant Emmanuel Macron (2-2’57): « Arrêtons d’opposer les mémoires, le patrimoine est là pour réconcilier toutes les mémoires. » Et il critique les lectures « révisionnistes » ou « anachroniques » contemporaines des faits du passé, alors que la “mission patrimoine” se voudrait un agrégateur de la communauté nationale autour de symboles patrimoniaux apaisants. Ce passage révèle un feuilletage d’assignations individuelles stigmatisantes (sociales, religieuses et sexuelles), dont Stéphane Bern serait l’incarnation, mais qui devraient être dépassées par leur intégration dans la cause patrimoniale. Grâce à la “mission patrimoine”, au plus haut niveau des politiques culturelles de l’État, la France prendrait soin de sa diversité et des laissés pour compte.

La dialectique tronquée

Cette interprétation morale du rôle du patrimoine fait partie d’un ensemble de propositions rhétoriques courantes qui justifient l’action patrimoniale étatique (Smith 2006). Le patrimoine identifie une nation, qui devrait se reconnaître dans les éléments sauvegardés du passé, tout en ménageant une place à la pluralité des sources du patrimoine (Fabre 2001). Ce dernier fonctionne alors comme un agent de la reconnaissance politique des altérités. Or, la sélection des monuments en péril qui doivent bénéficier de la loterie ne reflète pas nécessairement et clairement ces propositions. Châteaux, fontaines, églises, théâtres, sites archéologiques proposent des morceaux du passé de la France – y compris dans les territoires d’Outre-Mer – mais c’est bien plus le local qui se voit révélé dans la réception de la liste publiée, que les altérités nationales en souffrance. Les envolées nationales et la rhétorique de l’intégration mises en avant par Stéphane Bern sont transformées, dans les commentaires de l’initiative de la “mission patrimoine” au niveau des régions, en une revendication des intérêts locaux des acteurs qui défendent le patrimoine.

Les organes de presse régionale en témoignent de façon spectaculaire, comme par exemple en Normandie. Début avril 2018, grâce à une fuite involontaire de la Fondation du Patrimoine, on déplore dans le Paris Normandie qu’un seul site soit retenu, le château de Carneville, alors que la Normandie est “une région réputée pour la variété et la richesse (par le nombre) de ses sites remarquables”. Mais la Fondation du Patrimoine précise que rien n’est encore arrêté, même si le château de Carneville a toutes les chances de figurer sur les tickets de grattage et faire partie des 18 sites emblématiques au niveau national. Fin mai, on annonce de manière officieuse le chiffre de 10 ou 15 monuments normands qui seront listés, chiffre qui se confirme une semaine plus tard avec 12 sites et édifices nommés dans la liste des 260 monuments, et la présence du château de Carneville parmi les 18 projets prioritaires. Au cœur de l’été, le journal publie des articles monographiques sur l’église St-Jacques de Dieppe ou le château du Taillis. Pour la ville de Dieppe en particulier, dirigée par des membres du Parti Communiste Français qui ont soutenu l’initiative locale, le loto du patrimoine constitue une véritable opportunité et permet de structurer la politique de la ville dans sa globalité, entre défense du tribunal, revitalisation du centre-ville et relance de la ligne ferroviaire.

Avec le seul exemple normand, qui appelle des comparaisons plus approfondies que nous conduirons dans le cadre de l’observatoire, il apparaît qu’à la logique de l’inclusion nationale des altérités se substitue une inclusion du patrimoine dans les stratégies des acteurs politiques locaux (Isnart 2012) qui finalement bouleverse – ou efface localement – la rhétorique nationale portée par le discours de Stéphane Bern.

Interview de Stéphane Bern

1 – https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/stephane-bern-le-loto-du-patrimoine-n-est-pas-un-impot-patrimoine-1080397.html

2 – https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/cabanaalimi-le-patrimoine-est-la-pour-reconcilier-toutes-les-histoires-memorielles-stephane-bern-1080400.html

Paris Normandie, édition en ligne:

Loto du patrimoine : à ce jour, un seul monument normand sur la carte…, Publié 02/04/2018, https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/loto-du-patrimoine–a-ce-jour-un-seul-monument-normand-sur-la-carte-BA12657143

Le « loto du patrimoine » cultive le secret en Normandie, Publié 28/05/2018, https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/le-loto-du-patrimoine-cultive-le-secret-en-normandie-BL13096061

Dieppe : l’église Saint-Jacques retenue dans la mission Bern, Publié 31/05/2018, https://www.paris-normandie.fr/breves/normandie/dieppe–l-eglise-saint-jacques-retenue-dans-la-mission-bern-AC13116262

Le 13, porte-bonheur du patrimoine normand, Publié 31/05/2018, https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/le-13-porte-bonheur-du-patrimoine-normand-HC13118609

Le loto du patrimoine de Bern profitera à l’église Saint-Jacques à Dieppe, Publié 01/06/2018, https://www.paris-normandie.fr/breves/normandie/le-loto-du-patrimoine-de-bern-profitera-a-l-eglise-saint-jacques-a-dieppe-AB13124589

À Duclair, le château du Taillis bénéficiera du loto du patrimoine, Publié 20/07/2018, https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/histoire-patrimoine/a-duclair-le-chateau-du-taillis-beneficiera-du-loto-du-patrimoine-NE13423718

Références

Fabre Daniel 2001, “L’histoire a changé de lieux”, Bensa Alban et Fabre Daniel dir., Une histoire à soi, Paris, Maison des sciences de l’homme : 13-41.

Isnart Cyril 2012, “The Mayor, the Chapel and the Ancestors. Clientelism, Emotion and Heritagisation in Southern France”, International Journal of Heritage Studies, 18/5: 479-494.

Smith Laurajane 2006, Uses of Heritage, London, Routledge.

Chargé de recherche au CNRS (UMR IDEMEC Aix Marseille Université CNRS), Cyril Isnart est anthropologue. Après un doctorat sur le culte des saints locaux dans les Alpes, il travaille sur les résurgences patrimoniales des pratiques musicales ou religieuses en Europe du sud et en Méditerranée, comme le passé juif ou les musiques d’origine rurale, dans un contexte contemporain marqué par l’urbanisation, l’internationalisation et la mise en tourisme. Il a co-fondé et anime le réseau Respatrimoni et a conduit le programme MERAP-MED sur les minorités religieuses et leurs pratiques patrimoniales en Méditerranée. Cyril Isnart a publié une trentaine d’articles dans des revues scientifiques, co-dirigé des ouvrages collectifs sur l’ethnologie de la jeunesse ou le patrimoine culturel dans les sociétés contemporaines, et des numéros de revues sur les patrimonialisations alternatives et contestataires, les paysages sonores ou la reconstruction des pays perdus.

Crédit photo: Stéphane Bern au Louvre, le soir de l’élection d’Emmanuel Macron, le 7 mai 2017, Patrick Kovarik / AFP, publié par Paris Match, https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Emmanuel-Macron-va-confier-une-mission-sur-le-patrimoine-a-Stephane-Bern-1348901


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.