À propos du grand gâchis culturel

par Muriel Girard

4481707221_2707463562_b

Ce billet, sous forme de compte-rendu de lecture, inaugure une série sur les fondements idéologiques du loto du patrimoine, ses inspirations, airs de famille et emprunts.

Le loto du patrimoine est une idée qui a été à plusieurs reprises avancée précédemment par le maire DVD de Versailles François de Mazières. Ce dernier fut directeur de la Fondation du patrimoine (2000-2002), conseiller culturel à Matignon (2002), président de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine (2004-2012), député des Yvelines (2012-2017). Peu avant les dernières élections présidentielles, il publie, en collaboration avec le journaliste Olivier Le Naire, l’ouvrage “Le grand gâchis culturel” (de Mazières 2017) . Sous la forme d’un entretien, François de Mazières y livre dix propositions touchant les différents secteurs de la culture. Derrière sa critique du quinquennat Hollande et, de façon plus structurelle, du rôle de l’État et, derrière son recours à des figures tutélaires – en premier lieu André Malraux, mais aussi François Ier, Louis XIV, le général De Gaulle ou encore François Mitterrand et Jack Lang – se lit une conception de la culture et de l’action culturelle.

Les usages du patrimoine

Formellement, le discours de François de Mazières reprend une rhétorique somme toute classique de la fabrique du patrimoine tant dans les enjeux du patrimoine qu’il met en avant que dans sa référence à la perte. Mais il se singularise dans son contenu. L’historien Dominique Poulot, s’interrogeant sur la notion de patrimoine, notait qu'”il a pour but d’attester l’identité et d’affirmer des valeurs” (Poulot 2006 : 14). Le renvoi à l’identité nationale est un fil d’Ariane de l’ouvrage qui débute et se conclut sur la “crise de civilisation” (p. 11), ayant comme référence les “valeurs humanistes issues de la Grèce, de la Chrétienté, des Lumières” (p. 202). Or, en matière de biens patrimoniaux, selon de Mazières, ces valeurs se matérialisent dans les églises, châteaux, hauts lieux du patrimoine et dans le petit patrimoine, notamment celui des espaces ruraux. La référence multiculturelle n’est pas présente tandis que l’adhésion collective à une vision homogène du patrimoine est largement promue : plus que la reconnaissance de la diversité culturelle, qui n’est pas évoquée, est mis en avant l’intégration à coup de références parsemées aux quartiers populaires. Présenté comme un vecteur du lien social et de démocratie, le patrimoine est ainsi lié au vivre ensemble et s’inscrit dans un objectif plus vaste de démocratisation culturelle. A sauvegarder de l’intérieur, “l’identité nationale” apparaît aussi à maintenir face à la mondialisation et aux GAFAM. Ainsi préservation du patrimoine et exception culturelle fonctionnent de concert alors qu’à plusieurs reprises, certainement pour pallier la critique, de Mazières fait référence à la modernité (et à ses outils, p. 202) et réfute toute nostalgie. Enfin, élément classique des politiques publiques, la culture est vue comme un outil du développement territorial. Des enjeux pluriels, à différentes échelles, sont ainsi convoqués : la défense face à la mondialisation ; la lutte contre le terrorisme ; l’intégration des territoires locaux à l’échelle nationale. Ces derniers sont pensés au fondement de l’identité nationale, qui s’incarne notamment dans le “petit patrimoine”. Ainsi tout au long de l’ouvrage, Versailles côtoie les “places de villages” dressant une carte du (ou plutôt d’un) paysage patrimonial français.

L’éloge d’une esthétique

On peut être surpris par la référence constante à l’esthétique et à la beauté – d’ailleurs O. Le Naire soulève ce point (p. 157) – dans le discours de F. de Mazières. En effet, N. Heinich, dans son enquête sur les valeurs patrimoniales (2009), montrait que chez les chercheurs du service de l’Inventaire du patrimoine, la beauté est un critère proscrit dans la mesure où il renvoie à des affaires de goût. A l’inverse de cette approche scientifique, F. de Mazières met en opposition le patrimoine vs la “France moche”, celle des entrées de ville, des lotissements, des grands ensembles… Point intéressant, l’objet patrimonial est ici reconnecté à une échelle territoriale : si c’est un édifice bâti qui est préservé, celui-ci s’inscrit dans une logique plus vaste d’embellissement du territoire (la proposition 8 s’intitule ainsi “Défendre la beauté des villes et le développement durable”). À travers l’esthétique, on retrouve aussi une opposition classique entre deux conceptions de la culture, l’une progressiste, l’autre conservatrice. Celle-ci rejoint grossièrement des clivages gauche-droite. Si de Mazières note que “la gauche n’a plus le monopole de la culture (p. 27) et nuance l’idée que ” le patrimoine est censé être une cause de la droite” (p. 29), il pointe une certaine création contemporaine, le “parisianisme, pour ne pas dire le snobisme” (p. 89).

Les quatre P : patrimoine, partenariat public-privé

Mettant particulièrement en cause le quinquennat du président Hollande et évoquant les baisses successives de crédit dont a pâti l’action patrimoniale, de Mazières appelle tout d’abord à repenser le rôle de l’État au regard des collectivités territoriales : le premier devant retrouver un “rôle de régulateur” (p.85), les secondes plus de liberté avec des dotations de l’État assurées (p.150). Par ailleurs, les partenariats public-privé sont au coeur de ses propositions pour financer la sauvegarde le patrimoine. Dans le chapitre 7, “Sauver le patrimoine”, il revient sur les problèmes de financement et la baisse des crédits alloués en “période de vaches maigres” selon son expression (p. 140). Il préconise plusieurs mesures : “une loi de programmation prévoyant des financements sur les cinq années à venir” (p. 143) ; l’aide aux propriétaires privés ; surtout l’implication des acteurs privés. Dans les nouvelles pistes de financement est évoquée la loterie nationale en référence à ce que pratiquent déjà “nos grands partenaires européens” (p. 145). A cet effet, il rappelle la mise en place du G8, groupement de huit grandes associations du patrimoine lorsqu’il était à la tête de la Fondation du patrimoine. La proposition du groupe était “qu’une partie des bénéfices de ce qu’on appelle les jeux de hasard soit affectée à la défense du patrimoine, comme c’était déjà le cas en Angleterre, en Allemagne, en Italie et en Espagne” (p. 145). Ce projet a été plusieurs fois présenté depuis le début des années 2000 et plusieurs fois retoqué notamment par le ministère des finances puis plus récemment par la Française des jeux en 2015 jugeant l’action peu rentable. Notons toutefois qu’en 2009, le Centre des monuments nationaux a obtenu le bénéfice d’un pourcentage des recettes tirées des jeux de hasard en ligne, privilège perdu par la suite sans que de Mazières donne au lecteur plus d’explication. Parmi les autres propositions, outre les souscriptions, de Mazières promeut la relance des partenariats public-privé[1] et l’encouragement au mécénat (proposition 9). Il fait des références au Danemark, à la Suisse et surtout à la Fondation pour le patrimoine, dont l’origine de l’initiative est due au grand patron Édouard de Royère, président d’Air liquide. La jonction se fait ici entre l’apport du grand capital et “le petit patrimoine non classé qui fait la richesse de la France” (p. 181). Selon lui, c’est “l’exemple le plus abouti de délégation de l’État à un opérateur privé d’une mission d’intérêt général à vocation culturelle” (p.181). Finalement, cette proposition s’inscrit dans des reconfigurations de l’action culturelle et plus généralement de l’action publique qui touchent aujourd’hui de nombreux pays dans un contexte de libéralisation économique.

Dans sa virulente critique de ce qu’il appelle ce “grand gâchis culturel”, F. de Mazières appelle à “en finir avec les actions gadgets et les propositions tape-à-l’oeil qui font de l’audimat mais qui donnent de très mauvais résultats” (p. 53). Au regard des récentes incertitudes de Stéphane Bern quant à son action, il n’est pas sûr que le loto du patrimoine, dont le maire de Versailles fut un des penseurs, n’échappe à cette catégorisation.

Références

Nathalie Heinich, La fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère”. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2009, 286 p.

François de Mazières, en collaboration avec Olivier Le Naire, Le grand gâchis culturel, Paris, Albin Michel, 2017, 206 p.

Dominique Poulot, “Introduction”, Culture et musées, numéro 8 ” Défendre le patrimoine, cultiver l’émotion”, 2006, p. 13-25

Muriel Girard est docteure en sociologie, maitre de conférences en SHS à l’École nationale supérieure d’architecture de Marseille et membre du laboratoire INAMA. Elle consacre ses recherches aux processus de patrimonialisation et aux recompositions sociales, identitaires et spatiales auxquels ils donnent lieu. Elle a récemment publié en 2018, avec J-F Polo et C. Scalbert-Yücel (dir.), Turkish Cultural Policies in a Global World, Basingstoke: Palgrave MacMillan et en 2017, avec C. Barrère, G. Busquet, A. Diaconu et I. Iosa (dir.), Mémoires et patrimoines : des revendications aux conflits, Paris, Éditions L’Harmattan, collection « Habitat et Sociétés ».

[1] Il invite ainsi à “trouver un bon compromis dans les relations public-privé pour que, sans brader les bijoux de famille, nous trouvions une manière intelligente de préserver, de valoriser nos atouts et notre patrimoine” (p. 34).

Crédit photo: unbearablyvapid, Bathtub Faucet, CC BY-NC 2.0, http://www.flickr.com/


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.