« Participation citoyenne » et patrimoine culturel en France

par Manon Istasse

Ensemble

En septembre 2018, les citoyens français ont eu l’occasion de participer pour la première fois au « loto du patrimoine ». Organisé dans le cadre de la mission de Stéphane Bern d’identifier le patrimoine immobilier en péril et de trouver des solutions innovantes pour le financement de sa préservation, ce loto « Mission patrimoine » est issu d’un partenariat entre la Française des Jeux, la Fondation du Patrimoine, et le Ministère de la Culture. Il se composait de deux jeux de pari : un jeu à gratter à 15 euros le ticket pour un gain maximal de 1,5 million d’euros, et un tirage super loto à 3 euros le ticket avec une cagnotte à 13 millions d’euros. Largement médiatisé par Stéphane Bern, le loto du patrimoine semble avoir été un succès. D’un côté, plus de 2.000 dossiers de patrimoine en péril ont été identifié, à la fois sur la plateforme participative mise en place par le Ministère de la Culture[1], et par la Fondation du Patrimoine. Un comité de sélection, composé notamment de membres de la Fondation du patrimoine et présidé par Stéphane Bern, les a évalués et a retenu 270 monuments. D’un autre côté, les citoyens ont répondu présents en déposant des dossiers sur la plateforme numérique, et en achetant de nombreux tickets à gratter (2,5 millions de ticket vendus les neuf premiers jours), et en participant massivement au tirage super loto.

Pourtant, ce loto, s’il apporte de la nouveauté (notamment par le jeu de hasard), est loin d’être totalement innovant. En effet, la participation de citoyens à la connaissance, la valorisation et la préservation du patrimoine n’est pas nouvelle. Au 19ème siècle, et plus particulièrement sous la Monarchie de Juillet, les érudits locaux ont été mis à contribution dans la tâche d’Inventaire des Monuments historiques, comme en rend compte Odile Parsis-Barubé (2011). Au cours de la Troisième République, les curés et les instituteurs constituaient une véritable armée de réserve de l’érudition locale dotée d’une mission spécifique : écrire la monographie de chaque commune française afin de collecter des données qui pourraient être exploitées par des chercheurs aguerris qui en feraient la synthèse (Ploux 2011). Dans les deux cas, les amateurs recevaient des consignes de travail de la part des professionnels, afin que ces derniers puissent exploiter le travail des premiers.

Un siècle plus tard, l’enrôlement de citoyens persiste notamment dans le cadre de chantiers de fouille ou de nettoyage de sites et monuments ouverts aux bénévoles et encadrés par des professionnels[2], ainsi que par des pratiques de crowdsourcing sur Internet afin de documenter le patrimoine en l’identifiant ou en ajoutant des informations le concernant[3]. N’importe qui pouvant prendre part à ces projets, des informations guident le plus souvent les contributeurs à la fois dans leur recension de terrain et dans le dépôt de leurs informations et documents sur Internet. Ces projets ont pour avantage de faire participer aussi bien les pratiquants réguliers du patrimoine que ceux qui ont un intérêt irrégulier et ponctuel pour le patrimoine et ceux qui le visitent de manière exceptionnelle. Enfin, le crowdfunding, notamment pratiqué par la Fondation du patrimoine mais également sur des plateformes dédiées[4]. En échange d’une contrepartie (visites guidée gratuite, tote-bag, cartes postales, entrée gratuite,…) et d’une déduction fiscale, le donateur participe au financement d’un élément de patrimoine (officiel ou non) dont il a pu voir le projet (vidéo de présentation et texte explicatif) sur la plateforme. Il est à noter qu’au sein de ces plateformes, toute forme d’expertise relative au patrimoine a visiblement disparu, et ne repose que sur les porteurs de projets, qui peuvent aussi bien être des particuliers que des institutions ou des associations. Les gestionnaires des plateformes sont des Web développeurs, des gestionnaires de partenariat, des directeurs de marketing,… Ils mettent leur expertise à disposition afin d’aider les porteurs de projet à monter des projets attractifs.

Le loto du patrimoine allie quant à lui plusieurs formes d’enrôlement déjà bien présentes. Tout d’abord, la participation à l’identification du patrimoine, comme dans le cas des projets de crowdsourcing. On peut en effet lire sur le site du Ministère de la Culture présentant la mission de Stéphane Bern que « la démarche participative, qui a consisté à mettre en place une plateforme numérique portée par le ministère de la Culture, a permis à nos concitoyens de signaler eux-mêmes le patrimoine de proximité qu’ils auraient identifié en urgence de préservation. Plus de 2 000 monuments ont ainsi été signalés – engouement qui témoigne de la passion collective des Français pour leur patrimoine »[5]. Le loto du patrimoine mise également sur des dons de particuliers, à la fois sous forme de crowdfunding sur le site Internet de la Fondation du patrimoine (don de soutien à la mission Stéphane Bern ou don à un des 270 projets retenus) et sous forme de jeux de hasard. Ces derniers ont l’avantage de toucher un public plus large : les amoureux du patrimoine, mais également les joueurs, très nombreux en France (près de 5 millions de joueurs réguliers), pour qui le ticket de tirage du Super loto patrimoine est au même prix que le ticket normal.

Il ressort de ce tour d’horizon rapide et incomplet de formes de participation de citoyens à la connaissance, la valorisation et le préservation du patrimoine, que cette participation concerne au fil du temps un public de plus en plus large (érudits locaux, passionnés de patrimoine, curieux, familles, joueurs,…), et ce notamment grâce au recours aux technologies numériques. Cependant, l’expertise professionnelle en termes de patrimoine reste bien présente (professionnels parisiens aux 19ème siècle, institutions dans le cadre du crowdsoucing, comité de sélection dans le cas du loto,…). Ensuite, il est nécessaire de souligner le lien, évident dans les exemples cités, des dispositifs d’enrôlement avec les politiciens. François Guizot, ministre de l’Intérieur puis de l’Instruction publique, met en place l’Inventaire des Monuments historiques et l’enrôlement des sociétés savantes pour aider dans cette tâche. François de Mazières, député maire et ancien directeur général de la Fondation du patrimoine, est à l’origine du rapport ayant mené à la création du loto du patrimoine [voir le billet de Muriel Girard]. Enfin, il ne faut pas oublier la présence et le rôle des acteurs économiques : la Française des Jeux dans le cas du loto du patrimoine, les entreprises mécènes (Total, AG2R La Mondiale, JCDecaux) de la Fondation du patrimoine, et les start-up qui créent et gèrent les plateformes de crowdfunding. L’enrôlement des citoyens implique donc l’implication d’acteurs nombreux et divers, apportant qui la légitimité politique, qui les financements, qui la médiatisation.

Références

Parsis-Barubé, Odile. 2011. La province antiquaire. L’invention de l’histoire locale en France (1800-1870). Paris: Editions du CTHS.

Ploux, François. 2011. Une mémoire de papier. Les historiens de village et le culte des petites patries rurales (1830-1930). Rennes: Presses Universitaires de Rennes.

Anthropologue, Manon Istasse s’intéresse aux relations que des non-professionnels développent et entretiennent avec un objet (d’intérêt, de connaissance, d’affection, de discorde,…). J’ai étudié la manière dont les habitants vivent dans des maisons situées dans un site UNESCO (Fès), et qualifient ou non ces maisons de patrimoine. Je m’intéresse actuellement aux associations d’histoire et de patrimoine dans le Nord de la France et en Belgique, aux pratiques de leurs membres et à leur insertion dans des économies de la connaissance. Pour plus d’informations : https://lamc.ulb.ac.be/spip.php?article54&lang=fr

[1]          Disponible sur mesdemarches.culture.gouv.fr après avoir créé un compte. Il fallait alors fournir son identité, celle du propriétaire du bâtiment (si connue du demandeur), et des renseignements concernant le bâtiment (avec photographies si possible).

[2]          Notamment organisés par le Ministère de la Culture et l’association Rempart

[3]          Par exemple : https://monumentsmorts.univ-lille.fr/ et http://www.archi-wiki.org/Sp%C3%A9cial:ArchiHome

[4]          Par exemple : Dartagnans ; Commeon.

[5]          http://www.culture.gouv.fr/Presse/Communiques-de-presse/Presentation-de-la-mission-Bern-Patrimoine-en-peril

Crédit image : Entête du site de la Mission Bern, https://www.missionbern.fr/ 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.