« Il paraît que le château de Cuzorn a été retenu par Stéphane Bern, pour le loto du patrimoine »

par Véronique Moulinié

Cuzorn 1

«Il paraît que le château de Cuzorn a été retenu par Stéphane Bern, pour le loto du patrimoine ». La rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre, laissant sur son passage nombre d’incrédules. Et c’est auprès de certains élus municipaux dont l’auteur de ces lignes qu’on cherchait à en savoir un peu plus sur cette étonnante nouvelle que les localiers s’étaient chargés de répandre. Les pages qui suivent ne sont donc pas le fruit d’une enquête de terrain en bonne et due forme qui reste à faire mais seulement la mise en forme de données grappillées un peu au hasard des rencontres et des discussions ordinaires dans le cadre d’une longue immersion sur ce terrain voire d’une connaissance intime de celui-ci.

Il y avait plusieurs raisons à ce scepticisme. Par quel prodige ce présentateur de télévision très connu avait-il été informé de l’existence de ce château, situé dans un petit village du nord-est du Lot-et-Garonne, département avec lequel il n’a, de notoriété publique, pas la moindre attache ? Comment restaurer pareil château ? Ou plus exactement que restaurer ? « Quoi » au juste ? Et puis pourquoi avoir choisi ce château-là et pas un autre ? « Des châteaux comme celui-là [modestes et en fort mauvais état], il en manque pas dans le coin », faisait-on remarque. Et surtout pourquoi avoir choisi le château de Cuzorn et pas le château de Bonaguil, distant de quelques kilomètres à peine et dont tout le monde connaît, peu ou prou, l’histoire, dont nul n’ignore qu’il est considéré comme un chef d’œuvre parfaitement conservé d’architecture militaire médiévale[1]. Et pour cause ! Situé au fond d’une vallée où il ne défend aucune position stratégique, il est l’œuvre de Bérenger de Roquefeuil (1448-1530) qui décida d’en faire une place forte imprenable. Un beau projet, certes, mais parfaitement anachronique puisqu’alors qu’entre Périgord et Quercy on s’activait à la construction de barbacanes, de ponts-levis, de tours, de casemates et de canonnières, ailleurs, sortaient de terre ou étaient remaniés des châteaux bien différents par leur architecture et leur vocation : Chambord, Chenonceau, Amboise, etc. Propriété de la commune de Fumel depuis 1860, classé Monument Historique en 1918, le château de Bonaguil attire plus de 60 000 visiteurs par an, accueille depuis 1962 un festival, d’abord de musique puis de théâtre, s’ouvre aux reportages et aux tournages. Reconnaissance ultime : il apparaît en image de synthèse à la 57ème minute de Prince of Persia : les sables du temps, réalisé par Mike Newell.

Le château de Cuzorn avait, lui aussi, une vocation militaire. Mais là s’arrête la comparaison avec celui de Bonaguil. Situé sur un aplomb rocheux qui domine le vieux village, vraisemblablement bâti entre 1260 et 1270, durement étrillé pendant la Guerre de Cent ans[2], il est définitivement détruit en 1794. Puis au milieu du XIXème siècle, la Congrégation des Filles de Jésus de Vaylats[3] achète ce qu’il en reste et fait construire une école pour filles indigentes. Après l’interdiction des écoles congrégationnistes, le lieu ferme ses portes puis est vendu, une première fois en 1953, à un couple qui en fait sa résidence secondaire, puis une deuxième fois, en 1995, à un habitant du village qui en fait sa résidence principale. Les « ruines du château de Cuzorn » sont « inscrites sur l’inventaire supplémentaire des monuments historiques » en 1950. Propriété privée, protégée par une clôture d’un côté, par l’à-pic rocheux de l’autre, le château n’est pas ouvert à la visite. Une situation dont chacun semblait s’accommoder au point qu’en 1995, lorsqu’il fut mis en vente pour une somme des plus raisonnables, le conseil municipal ne s’en porta pas acquéreur, préférant laisser « un jeune de la commune » l’acheter. Un choix que bien peu discutèrent. « Qu’est-ce qu’on pourrait bien faire de ça ? », telle était l’opinion alors largement partagée. Il faut reconnaître qu’alors le château n’intéressait que quelques courageux, attirés par l’interdit et le danger, dans le cadre d’activités qui n’avaient, a priori, rien de patrimonial. Ainsi, accueillait-il les jeux des enfants du village, les amours et les libations des adolescents.

D’un côté, un modeste château, en ruines, inscrit sur la liste supplémentaire des Monuments Historiques en 1950, replié sur lui-même au point que même les locaux ne peuvent le visiter et dont la notoriété ne va guère au-delà des quelques habitants des quatre communes de la vallée dont il était, il y a fort longtemps, le verrou militaire. De l’autre, un château en parfait état de conservation, classé Monument Historique dès 1918, dont la notoriété a franchi les limites, non seulement de la commune et de la région, mais aussi du territoire métropolitain, qui attire à lui les touristes français et étrangers par milliers mais aussi les artistes, comédiens ou chanteurs. David contre Goliath, en somme. On avait beau savoir que la mission Bern se donnait pour objectif de mettre l’accent sur des patrimoines délaissés, le choix n’en a pas moins bousculé l’ordre monumental et patrimonial établi. A la lecture de ce qui précède, on serait donc tenté de penser que le château de Cuzorn a été brusquement poussé sur la scène patrimoniale, passant du statut d’architecture délaissée à celui de chef d’œuvre à préserver, à sauver, à restaurer. Ce serait aller un peu vite en besogne. Si le château a été sélectionné, c’est qu’un dossier en sa faveur a été déposé. Or, celui-ci réalise une première mise en ordre des éléments de l’architecture locale. Apprenant l’existence du loto du patrimoine, les membres du conseil municipal ont immédiatement et unanimement accepté la proposition du maire de déposer une demande pour le château. Nul n’a, pas exemple, évoquer la possibilité de déposer un dossier pour l’église Saint-Martin dont l’abside et les absidioles ont été inscrites sur la liste supplémentaire des Monuments Historiques en 12925. Le choix du château allait de soi. S’il s’est imposé aussi aisément, c’est parce que la commune se reconnaît pleinement en lui. Il l’incarne. Il figure aujourd’hui, sous une forme stylisée, sur le courrier officiel de la mairie ; il figurait déjà, dessiné par une main d’enfant, sur le bandeau du Petit Journal trimestriel que les élèves du Cours Moyen de l’école de Cuzorn rédigeaient au cours des années 1970, à l’initiative de leur instituteur. Mais ce processus d’identification est d’autant plus étonnant que, chacun le reconnaît, le château est aussi une menace pour le bourg et un gouffre financier pour la commune.

Une rue du village

Il convient de préciser que ce que l’on appelle désormais « le château » est un ensemble composé d’une part de l’école congrégationniste rebaptisée « couvent » dont l’entretien est à la charge de son propriétaire et d’autre part du rocher et de deux tours dont il ne reste que des ruines (la tour de Nérac et la tour en fer-à-cheval) dont l’entretien incombe à la municipalité. Et ce sont précisément le rocher et les tours qui posent problème. On n’a pas oublié cet énorme orage qui, il y a une trentaine d’années, s’abattit sur la commune. Des torrents d’eau mêlée de terre, venus des collines situées derrière le château, s’accumulèrent alors à l’intérieur du mur d’enceinte dont la partie latérale, fort heureusement tournée vers un espace non bâti, finit partiellement par céder. La boue finit sa course dans les rues ; il y eut des dégâts mais il n’y eut pas de victimes. Et chacun de se poser la même question : « que se serait-il passé si la partie la plus avancée du mur, celle qui surplombe littéralement le village, avait rompu ? » Chaque épisode pluvieux d’importance, parce qu’il entraine des infiltrations d’eau, plus ou moins importantes mais bien visibles à flanc de rocher, réveille l’angoisse, rappelle la catastrophe évitée par hasard. De façon moins dramatique mais avec une certaine régularité, sous l’effet des racines des arbres qui prolifèrent à flanc de rocher, la falaise s’effrite, des pierres s’en détachent et tombent parfois sur les toits et dans les jardins situés en contrebas. La commune doit donc procéder, tous les dix ans, à des travaux de consolidation du rocher (dévégétalisation et pose de filets anti-pierres), effectués par des cordistes équipés d’un harnais et suspendus à des câbles, tels des acrobates. Cependant, ces travaux ont longtemps été pensés comme relevant d’une obligation légale et administrative et de cela seulement. Il s’agissait de sécuriser les lieux et rien d’autre. Cependant, ces travaux ont aussi eu pour effet de modifier le regard porté sur le château comme en atteste la proposition du maire qui, à l’issue d’une « purge »[4] décennale conduite au début des années 2000, suggéra de valoriser le site en installant un système d’éclairage rasant. Elle fut diversement accueillie par les membres du conseil. Certains n’y virent qu’une idée des plus saugrenues, sans une once de fondement. Combien cela allait-il coûter ? Combien cela allait-il rapporter ? Pensait-on que les touristes allaient se déplacer pour voir « ça » ? A quoi cela allait-il servir ? Il y avait d’autres travaux, bien plus urgents et bien plus utiles, à financer ! D’autres, au contraire, la trouvèrent judicieuse, considérant qu’il était dommage de ne pas mettre en valeur « le château », moins pour les éventuels touristes que pour les habitants de la commune et ceux qui, au volant de leur véhicule, le traversaient. Le seul fait qu’il y ait eu débat montre bien que le regard porté sur le château change. En témoigne aussi les commentaires que suscite, aujourd’hui, la vente de 1995. Beaucoup regrettent que la municipalité n’ait pas acheté le couvent, tout en reconnaissant que la décision semblait alors on ne peut plus logique : « A l’époque, on voyait pas trop ce qu’on aurait pu en faire, c’est normal. On avait déjà la salle polyvalente ! Mais si c’était public, aujourd’hui, on pourrait faire des trucs super autour du château : des visites guidées, des repas.» Tout est dit : il y a une vingtaine d’années, le couvent était un bâtiment sans le moindre intérêt que l’on pouvait, au mieux et au prix de lourds investissements, convertir en une petite et inutile salle des fêtes ; aujourd’hui il s’impose comme un lieu auquel chacun devrait avoir accès, un bien commun. Mais, à eux seuls, les travaux ne suffisent pas à expliquer ce basculement du regard.

Paradoxalement, la vente de 1995 a permis d’ouvrir le château au public mais d’une façon inattendue. Le propriétaire précédent en avait fait sa résidence secondaire. Habitant dans l’Est de la France, il n’y faisait de très courts séjours. Autant dire que, pour les plus jeunes qui souhaitaient explorer les lieux, il ne constituait guère une gêne. Le nouveau propriétaire, lui, y voit au quotidien. Si les visites plus ou moins clandestines sont désormais impossibles, il n’a jamais été aussi facile de découvrir les lieux. A peine installé, le nouveau propriétaire créée une association culturelle qui, à plusieurs reprises, organisera des manifestations dans les jardins du couvent. Puis, au cours des années 2000, il commence à écrire. Trois romans de science-fiction paraissent, tous publiés chez un éditeur local. Puis, en 2010, il publie Histoire du château de Cuzorn et en 2017 Château de Cuzorn. La malédiction, deux ouvrages qui se font parfaitement écho, le premier étant une chronologique commentée et le second une fiction solidement arrimée à « la véritable histoire du château de Cuzorn ». Ce n’est pas la première fois qu’on écrit l’histoire de Cuzorn. Un archéologue en avait publié une, en 1954[5]. Mais cet ouvrage est considéré comme « introuvable ». De telle sorte que l’histoire du village semblait aussi inaccessible que mystérieuse. Ainsi, chronologie et fiction viennent combler un vide, rendant aux villageois leur histoire, la rendant, qui plus est, facilement accessible puisque ces ouvrages sont vendus, entre autres lieux, à la mairie et au restaurant de Cuzorn.

Il n’est sans doute pas inutile de constater que le propriétaire-romancier mais aussi le maire qui, l’un des premiers, évoqua une éventuelle valorisation du château et quelques-uns des élus municipaux ont aussi été, au cours des années 1970, élèves dans l’école du village, impliqués dans la rédaction du Petit Journal déjà évoqué. Il n’est pas inutile non plus de remarquer que l’instituteur qui est à l’initiative de cette manière de publication scolaire est aujourd’hui le premier adjoint de la commune et que le maire lui a confié la gestion du « Dossier du château » avant même qu’il soit question de déposer une demande dans le cadre du Loto du Patrimoine, demande dont il a, cela va de soi, la charge.

On le voit, la « mission Bern » n’est pas à l’origine d’une épiphanie patrimoniale ; elle prend place dans un processus plus ancien qui tend à modifier le sens et la valeur du château. Peut-être l’accentue-t-elle ? Toujours est-il que, depuis que l’on sait que le château fait partie des 250 sites retenus, il fait l’objet d’attentions multiples.

Ainsi, chose absolument nouvelle, a-t-on organisé, à l’occasion des dernières Journées du patrimoine, une visite guidée du village et du château qui a rencontré un succès certain, réunissant plusieurs dizaines de personnes, et cela même si, de l’aveu du premier adjoint, l’on n’avait guère fait la publicité autour de cette pérégrination patrimoniale. C’est à cette occasion que l’on a découvert, dans une maison depuis longtemps inhabitée, une tour en parfait état de conservation dont un archéologue bordelais a confirmé l’intérêt. Et l’on se surprend désormais à penser que, peut-être, il y a d’autres découvertes à faire, qu’on pourrait ainsi disposer d’un ensemble architectural de premier ordre. Et qui sait ? Peut-être pourrait-on restaurer la Tour de Nérac, lui rendre son apparence première, toiture comprise ? Il ne s’agit plus d’éviter que ses pierres ne tombent sur les toits du village mais de la conserver pour les générations à venir. Cependant, pour l’heure, on se consacre à de plus prosaïques activités. Au début du mois d’octobre, à l’initiative du premier adjoint qui refuse que cette charge incombe aux employés municipaux, un groupe composé d’élus et d’habitants du village, a procédé au débroussaillage du Sentier du château, depuis longtemps négligé. Ces bénévoles ont programmé des séances de travail mensuelles afin de rendre au sentier son lustre, ce qui signifie dégager les pavés qui en composent le sol et remonter les murs qui retiennent la terre de part et d’autre. Enfin, l’association cuzornaise des tailleurs de pierre, dont certains membres sont extérieurs au village, a proposé de réaliser une série de sculptures sur lesquelles on graverait les dates essentielles de l’histoire du château. Proposition immédiatement acceptée. Il reste maintenant à décider de l’endroit où l’on installera cet ensemble. Tout au long du sentier restauré, comme certains l’espèrent ? Ou dans le village comme le suggèrent les tailleurs de pierres ? L’avenir le dira.

L’enquête de terrain permettra non seulement de voir les effets de la « Mission Bern» mais elle se donnera aussi pour objectif d’interroger tout ce qui a précédé, le processus qui, de pluie d’orages en purges, de publications en débats animés, pour ne citer que ce que l’on a, à ce jour, identifié, a imposé le château comme un lieu digne de participer à ce concours patrimonial.

Véronique Moulinié est ethnologue, directrice de recherche au CNRS et co-directrice de l’équipe LAHIC, du IIAC (UMR 8177). Ses recherches portent notamment sur le patrimoine industriel et sur la mémoire de l’internement au XXème siècle.

[1] Il figure dans certains manuels d’histoire-géographie destinés aux collégiens.

[2] Ses défenses sont démantelées à la suite de siège d’août 1440, qui voit le château passer sous commandement « français » alors qu’il était jusque-là sous commandement « anglais ».

[3] Vaylats est une commune du Lot.

[4] Terme technique désignant le débroussaillage et la consolidation de la falaise.

[5] Coulonges, Laurent : Cuzorn, Lot-et-Garonne, notices historiques, Fumel, Imprimerie Delrieu, 1954.

Crédit photo: Véronique Moulinié, 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.